Bouteille plastique en PET : recherche et innovation



Succédant au PVC au début des années 90, le PET est depuis le plastique le plus utilisé pour l’embouteillage de nos produits . Léger, solide et recyclable, il n’altère pas la pureté ni le goût des eaux. Nous continuons à améliorer ce matériau, parallèlement à nos actions pour transmettre le réflexe du tri.

PET: UNE HISTOIRE D'INNOVATION

PET, vous connaissez ? Ces trois lettres désignent le Polyéthylène Téréphtalate, le matériau composant vos bouteilles d’eau minérale en plastique. Il succède, au début des années 90, au PVC et s’impose rapidement comme la matière la plus adéquate pour l’embouteillage.

En 1969, la première bouteille produite en matière plastique PVC (polychlorure de vinyle) est commercialisée aux États-Unis. À l’origine du développement du marché des eaux minérales, ce polymère présentait cependant de nombreux inconvénients : un mode de production impactant l’environnement, un poids important et une résistance moindre. L’introduction du PET en 1992 va changer la donne. VALVERT® du groupe Nestlé Waters sera d’ailleurs la première marque à concevoir ses bouteilles dans ce plastique révolutionnaire. Fruit de plusieurs années de recherche, le PET s’impose en une décennie comme le matériau de prédilection des acteurs de l’industrie. Par ailleurs, cette matière n’altère pas le goût originel de l’eau et la préserve de toute contamination extérieure. Elle se distingue aussi par une solidité à toute épreuve. Ainsi, ce matériau garantit la sécurité alimentaire de nos produits, du captage jusqu’à la consommation, en passant par les phases de stockage, de transport et de distribution. Régulièrement optimisée au niveau industriel, la bouteille en PET continue de gagner en légèreté. Et ses potentialités sont loin d’avoir été toutes exploitées…

DES AMÉLIORATIONS CONTINUES

En 2012, la marque VITTEL® du groupe Nestlé Waters a ainsi créé une nouvelle bouteille intégrant 30 % de PET d’origine végétale (mélasse issue de la transformation de cannes à sucre). Un process de fabrication moins polluant, mais aussi plus économe en pétrole. Ainsi, depuis 2005, les émissions de CO2 et l’utilisation d’énergie non-renouvelable pour la fabrication de nos emballages PET ont respectivement diminué de 34 % et 28 %. Nestlé Waters a rassemblé, au début des années 2000, l’ensemble de ses équipes Recherche et Développement sur le site de Vittel au PTC (production & technical centre), où plus de 80 chercheurs œuvrent pour améliorer la qualité des produits en collaboration étroite avec les équipes packaging présentes à Vélizy-Villacoublay. Près de la moitié d’entre eux travaillent sur les améliorations de l’emballage PET. Un effort conséquent, qui participe au développement de l’innovation de la marque, au service de ses consommateurs et de l’environnement.



UNE BOUTEILLE PLASTIQUE SANS BPA NI PHTALATES

Le PET ne contient ni bisphénol A (BPA) ni phtalates. Il est inerte, c’est-à-dire qu’aucun de ses composants ne migre dans l’eau qu’il contient. Le PET fait d’ailleurs partie des emballages validées par l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail) pour le contact avec les denrées alimentaires : « Le BPA n’a été détecté dans aucune des 50 eaux conditionnées dans des bouteilles en PET » (avis de mars 2013). Une étude de l’unité mixte de recherche CNRS/Université de Bordeaux a abouti à la même conclusion. Et des contrôles stricts sont régulièrement menés par les Agences régionales de santé sur la qualité des eaux embouteillées.

Le PET, un matériau sain

Adopté en remplacement du PVC, le PET ne présente aucune toxicité. Parfaitement sain, il permet de préserver les qualités intrinsèques de l’eau et son goût, de la mise en bouteille jusqu’à sa consommation.

UN CYCLE DE VIE PROLONGÉ

Entièrement recyclable et valorisable (y compris son bouchon en PEhd), la bouteille en PET, une fois consommée, peut-être réutilisée dans de nombreux domaines. Ce plastique est, aujourd’hui, le matériau le plus recyclé au monde. Une fois collectés, les déchets en PET sont transformés en granulés, qui servent notamment à la fabrication de nouveaux contenants. Ceux-ci peuvent également entrer dans la composition de produits très éloignés de leur usage d’origine : fibres textiles pour les vêtements, stylos, vaisselle, sacs, accessoires de literie… En France, plus d’une bouteille sur deux est ainsi réinjectée dans le circuit industriel  : un résultat encourageant, même s'il reste des marges de progression conséquentes au regard des pays nordiques. À son niveau, Nestlé Waters s’engage pour transmettre le réflexe du tri à travers de nombreuses initiatives, notamment en soutenant RECO , un système innovant de collecteurs de bouteilles vides, installé dans les parkings de supermarchés.