Quelle est la position de Nestlé Waters sur la privatisation de l'eau ?

Exploiter et non privatiser l’eau

Le métier de Nestlé Waters consiste à puiser de l’eau afin de la rendre disponible aux consommateurs : il ne s’agit en aucun cas de l’accaparer. L’implication de Nestlé Waters dans une gestion qualitative et quantitative de la ressource en eau est d’ailleurs totale.

L’exploitation de l’eau naturellement présente dans les sols requiert un savoir faire, des ressources et des équipements. Il s’agit d’une activité très encadrée, soumise à des autorisations et à des règles très strictes imposées par les pouvoirs publics (Direction départementale du territoire, Agences régionales de santé, Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement, Préfectures, Agences du bassin). Des contrôles sont d’ailleurs réalisés régulièrement pour s’assurer du respect de ces règles.

Contrairement à ce que l’idée de « privatisation » suggère, Nestlé Waters ne dispose pas d’un accès gratuit à l’eau : l’entreprise s’acquitte d’une taxe versée aux communes.

Un atout pour le territoire

Un atout économique

L’eau minérale naturelle est mise en bouteille là où la source jaillit. Son exploitation génère donc de nombreux emplois non délocalisables. En France par exemple, l’exploitation des seules eaux minérales naturelles induit 12 000 emplois directs* et environ 30 000 emplois indirects en particulier dans les zones rurales et montagneuses.
Les taxes versées aux communes contribuent quant à elle au développement économique et au rayonnement du territoire.

Un atout écologique

Dans son souci de garantir la qualité de ses eaux, Nestlé Waters concoure également à la préservation écologique de ces régions. L’entreprise investit et travaille à la mise en place de mesures de protection de l’environnement afin de préserver les sources et les ressources en eau. Notre filiale Agrivair a par exemple permis de perpétuer une agriculture respectueuse de l’environnement dans les Vosges. Ces engagements bénéficient à l’ensemble du territoire, et en particulier aux différentes activités qui s’y développent (tourisme, thermalisme, agriculture etc.)



*Enquête Prodcom 2014 - Ministère de l’Agriculture