Vrai/faux: L'eau minérale naturelle en bouteille à l'épreuve du fact-checking

janv. 15, 2018

Vrai faux

Qualité, bénéfice santé, environnement… Sur chacun de ces sujets, de nombreuses idées reçues sont relayées à propos de l’eau minérale en bouteille. Qu’en est-il vraiment ? Réponses sous la forme d’un Vrai/Faux.

Qualité de l'eau

« L’eau minérale naturelle, ce n’est pas la même chose que l’eau du robinet. »

VRAI

Et ce, pour deux raisons principales : tout d’abord, la provenance. L’eau minérale naturelle est exclusivement puisée dans des sources protégées. Ensuite, la réglementation applicable à l’eau minérale naturelle est spécifique. L’eau prélevée doit conserver sa pureté originelle et ne subir aucun traitement chimique ni de désinfection. Par ailleurs, sa composition en minéraux doit être stable et garantie dans le temps et est régulièrement contrôlée.

Ces contraintes ne s’appliquent pas à l’eau du robinet qui peut être d’origine très diverse, selon le lieu d’habitation. De plus, celle-ci est souvent traitée chimiquement pour répondre aux normes de potabilité. Enfin, sa composition minérale, variable par nature, n’est pas garantie.



« L’eau minérale naturelle en bouteille contiendrait des traces de pesticides et de médicaments supérieures aux normes et potentiellement dangereuses pour la santé. »

FAUX

C’est une idée souvent répandue sur l’eau minérale naturelle en bouteille. Elle a pourtant été battue en brèche par une étude récente, publiée en mars 2017 dans Science of the Total Environment une revue scientifique internationale.

Une équipe de chercheurs du LPTC (laboratoire de physico et toxico-chimie de l’environnement - UMR EPOC, Université de Bordeaux) a étudié 40 grandes marques françaises. Résultats : aucune trace de médicament et aucune trace d’hormones sur ce large échantillon représentant près de 70 % du marché français.

En France, la réglementation encadrant la commercialisation de l’eau minérale naturelle est très stricte. Par exemple, si des traces infimes de pesticides peuvent être décelées dans certaines eaux minérales naturelles, elles doivent ne pas dépasser une certaine limite, 5 fois inférieure à celle tolérée pour l’eau du robinet.

Les procédures mis en œuvre par les minéraliers, qui vont souvent plus loin que les normes en vigueur constituent également une garantie pour le consommateur.


Bénéfice santé

« Boire dans des bouteilles en plastique est nocif pour la santé. »

FAUX

Le PET, acronyme de polytéréphtalate d'éthylène, est le plastique avec lequel sont fabriquées les bouteilles d’eau minérale naturelle. Ce matériau ne contient pas de Bisphénol A, un perturbateur endocrinien connu dont la présence est strictement limitée par le réglementation française. Résistant, et inerte dans le temps, le PET permet de préserver la qualité de l’eau minérale en bouteille.



« Boire en moyenne 1,5 l. d'eau par jour est recommandé. »

VRAI

En moyenne, notre organisme perd 2,5 litres d’eau par jour (urine, respiration, transpiration…). Les aliments que nous consommons nous apportent 0,7 litre et notre organisme en fabrique par lui-même 0,3 litre. Il faut donc boire environ 1,5 litre d’eau en moyenne par jour, afin que l’équilibre soit maintenu (soit environ 8 verres d’eau). Cet apport doit cependant être adapté en fonction de l'âge, du sexe, du climat et de l'activité physique de chacun (source : Jéquier E., Constant F., Pourquoi faut-il boire de l’eau ? Pour maintenir la balance hydrique. Cahiers de nutrition et de diététique, 2009).



« Les eaux riches en minéraux sont dangereuses pour la santé si elles sont consommées tous les jours. »

FAUX

C’est encore une idée reçue ! En effet, chez une personne en bonne santé, le corps humain filtre les minéraux, dont il a besoin et élimine les surplus naturellement via les urines. Autrement dit, aucun risque de surcharge en minéraux n’est à craindre chez un individu sain (source : Houillier P., Diététique et lithiase rénale : le rôle de l’eau. Cahiers de Nutrition et Diététique, 2015).

Avec une composition stable et une teneur en minéraux garantie, l’eau minérale naturelle permet de compléter son alimentation et peut aider à couvrir ses besoins en certains minéraux tels que le calcium ou le magnésium.


Environnement

« La bouteille en plastique fait déborder nos poubelles. »

FAUX

Contrairement à ce qu’on peut penser, la part des bouteilles en plastique dans les déchets ménagers est minime, de l’ordre d’1 % (source : Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie). Et contrairement à d’autres emballages, les bouteilles d’eau minérale sont 100 % recyclable, bouchon inclus ! Pour cela, encore faut-il les mettre dans la bonne poubelle destinée au recyclage. Aujourd’hui, 56 % des bouteilles en France sont effectivement recyclées. Dans ce domaine, des progrès peuvent encore être accomplis en sensibilisant davantage les consommateurs au « réflexe tri ».

Par ailleurs, de nombreux progrès ont été faits pour diminuer l’empreinte environnementale de la bouteille. Par exemple, depuis 1992, le poids de la bouteille a été allégé d’un tiers avec le passage du PVC au PET. Et dans ce domaine, l’innovation se poursuit toujours. Ainsi, Nestlé Waters s’emploie ainsi au sein de la Natural Bottle Alliance à mettre au point un plastique 100 % biosourcé. L’objectif : limiter le recours aux énergies fossiles dans le processus de fabrication.



« Les bouteilles d’eau minérale naturelle sont principalement transportées par la route. »

FAUX

L’eau devant être embouteillée à la source, c’est le site qui détermine le moyen de transport adapté. De nombreuses marques (VITTEL®, CONTREX®…) possèdent des gares ferroviaires au sein de leur usine.

Résultat : un taux record d’expédition via le rail. Par exemple, depuis l’usine de VITTEL® située dans les Vosges, 55 % des bouteilles produites sont acheminés via le rail.

En France, pour le transport des bouteilles d’eaux minérales naturelles, le recours aux transports propres (fer, ferroutage, fluvial) représente près de 55 % du flux embarqué, soit 5 fois plus que la moyenne de l’ensemble des marchandises transportées en France (source : Chambre syndicale des eaux minérales).

Pour réduire son empreinte environnementale, Nestlé Waters France-Belgique optimise continuellement sa chaîne logistique en explorant des solutions innovantes.