Habitudes d'hydratation : six pays à la loupe

nov. 16, 2017

Boire de l’eau est un besoin naturel pour tous. Cependant, dans quelle mesure les variables géographiques et culturelles entrent-elles en ligne de compte dans le choix de privilégier l’eau par rapport à d’autres alternatives comme les boissons sucrées ? Selon une étude menée par Nestlé Waters dans 6 états (la France, le Royaume-Uni, l’Italie, les Etats-Unis, le Mexique), si la nécessité de boire de l’eau quotidiennement est universellement partagée, les comportements alimentaires diffèrent sensiblement d’un pays à l’autre. Dans ce panorama, le consommateur français plébiscite l’eau pour s’hydrater de façon saine et pour suivre un régime équilibré.

Tous d’accord pour boire de l’eau, mais…

Boire de l’eau quotidiennement, un besoin (presque) universellement reconnu

Premier enseignement de l’étude : Plus de 90 % des consommateurs sur les six pays étudiés déclarent boire de l’eau quotidiennement. Seule exception, les Anglais qui ne sont que 80 % à privilégier la molécule H2O. Une particularité que l’étude attribue à la concurrence du thé, que les britanniques affectionnent particulièrement. A la tête du classement, les Italiens avec 98 %, suivis de près par leurs voisins français.

Consensus également sur les raisons de boire de l’eau, où les deux propositions suivantes arrivent systématiquement en tête, quel que soit le pays, avec de subtiles variations : « parce que mon corps en a besoin », « parce que l’eau est une boisson saine ».

Des différences culturelles et géographiques notables

Dans le détail, cependant, des différences apparaissent : pour nous, Français, le choix de privilégier l’eau dans nos habitudes d’hydratation se justifie non seulement pour s’hydrater, mais également pour conserver un régime alimentaire équilibré. Une raison partagée également par les transalpins. L’obsession de la ligne serait-elle inscrite dans la culture latine ? A l’inverse, pour les Britanniques, Mexicains et Américains, boire de l’eau est davantage associée à la pratique d’une activité sportive.

On retrouve également des clivages sur la perception de la quantité d’eau à boire quotidiennement. Les études scientifiques établissent que l’organisme a besoin en moyenne de 1,5 litre d’eau par jour. Si les Français, les Anglais et les Américains déclarent boire entre 1,5 litre et 1,66 litre d’eau par jour, les Mexicains et les Turques sont sur des niveaux de consommation plus élevés, entre 1.83 et 2,2 litres. Une différence que l’enquête explique notamment par la variable climatique.

Le choix entre l’eau et la boisson sucrée : un marqueur

D’importants contrastes dans les habitudes de consommation

L’eau est reconnue par tous, à raison, comme l’alternative la plus saine pour s’hydrater. Toutefois, dans la pratique, les habitudes alimentaires varient selon l’endroit. Les Français et les Italiens sont plus de 95 % à boire de l’eau quotidiennement et seulement 60 % à déclarer boire des boissons sucrées chaque jour. A l’inverse, les Turques et les Mexicains ont des habitudes moins vertueuses (80 % déclarent consommer des boissons sucrées quotidiennement, en Turquie presque une personne sur deux en boit plus d’un litre par jour !).

Quelles boissons sucrées ? Là encore, des contrastes apparaissent. Alors que les pays européens préfèrent consommer des jus de fruits, le soda est privilégié en Turquie et au Mexique. Pour ces derniers, cette propension à privilégier les boissons sucrées s’explique en partie par le manque d’infrastructures pour acheminer l’eau potable sur l’ensemble du territoire. Le facteur économique joue également un rôle, le soda étant moins coûteux que le jus de fruit.

Les principaux risques globalement identifiés, mais des lacunes selon les pays

81 % de l’échantillon, tous pays confondus, perçoit bien que l’eau est plus saine que la boisson sucrée… Mais pas forcément pour les bonnes raisons. Si l’ensemble des personnes interrogées identifient les principaux risques liés à la consommation de soda ou de jus de fruits : la prise de poids et le diabète (à l’exception notable de la Turquie), certains répondant ont tendance à associer aux boissons sucrées des risques non avérés scientifiquement, comme le manque de concentration ou encore les maux de tête. Une tendance plus prégnante au Mexique et en Turquie, et qui traduit, selon l’étude, un déficit d’information et de pédagogie concernant l’hydratation.

Sur l’éducation des enfants à l’eau, en revanche, tous les participants relèvent le même constat : un parent sur deux a des difficultés à faire boire de l’eau quotidiennement à ses enfants. La raison principale : leur appétence pour les boissons sucrées.

Alors qu’on célèbre aujourd’hui la journée internationale de lutte contre le diabète, cette enquête vient appuyer l’importance d’actions de communication d’envergure pour sensibiliser aux bienfaits de l’eau. Un besoin particulièrement important dans les pays émergents, comme le Mexique ou la Turquie.

95 % de nos compatriotes boivent de l’eau chaque jour, bien plus que les britanniques par exemple, mais un peu moins que les italiens. Et comme leurs voisins italiens, ils privilégient l’heure des repas pour s’hydrater.

C’est aussi le pays où la proportion de consommateurs de boissons sucrées est la plus faible : Un Français sur 10 seulement déclare boire plus d’un litre par jour de soda ou de jus de fruits. Les Français sont également plus soucieux de transmettre les bons réflexes d’hydratation à leurs enfants et ont une meilleure connaissance des risques associés aux boissons sucrées (diabète et prise de poids).

La France a la chance de disposer de sources aux qualités gustatives reconnues et exportées dans le monde entier (notamment par Nestlé Waters…), ce qui favorise certainement des choix d’hydratation sains.

Pour autant, l’étude invite les Français à maintenir le cap et continuer à sensibiliser les générations futures aux bienfaits de l’eau.